Le secret pour une vie plus sereine ?

Faut que je vous dise, j’ai trouvé le secret pour une vie plus sereine.

La méditation ? la pleine conscience ? le yoga ? peut-être la pratique du taïchi ?

Non. Il s’agit simplement de:

  1. Décider que quoi qu’il m’arrive, ce n’est pas grave
  2. Me foutre la paix… Laisser mes pensées, mes émotions, mes sensations exister

Il m’aura fallu du temps et pas mal de lectures pour réaliser à quel point tout cela est simple.

Durant ces dernières années j’ai lu de nombreux livres. Tous m’ont apporté beaucoup. Certains m’ont heurté, comme « Les 7 lois spirituelles du succès » de Deepak Chopra, un livre directif, rempli d’injonctions supposées vous permettre d’atteindre succès et sérénité, ou « L’art d’aller à l’essentiel » de Leo Babauta, écrit, je crois, par un autiste asperger qui s’ignore et qui pense que ce qui marche pour lui marchera pour tout le monde.

De chaque livre j’ai tiré quelque chose: soit que le contenu me convenait totalement ou partiellement, soit qu’il ne me convenait pas du tout. Et ce n’est pas grave. Le fait de lire ces derniers m’a permis de mieux me connaître…. j’irais même plus loin: de faire connaissance avec moi-même. J’ai pu apprendre à m’écouter, à m’observer, afin de mieux comprendre comment je fonctionnais, qu’est-ce qui était important pour moi.

Ma dernière lecture en date est le livre de Fabrice Midal, « Foutez-vous la paix ! et commencez à vivre« . Ce livre, profondément libérateur démystifie la recherche de sérénité à travers la pleine conscience, la méditation, et toutes les autres formes issues de mondes anciens et pourtant à la mode dans notre monde moderne à l’accélération exponentielle.

Je pratique le « ce n’est pas grave » depuis quelques temps. En septembre 2016, je me suis retrouvé proche de la fin de droit de chômage. En Suisse, ça sous-entend que passer cette date, le chômeur n’en est plus un, et n’a plus le droit aux allocations, et la seule alternative est alors de se tourner vers les services sociaux. Or, lorsqu’on est propriétaire de son logement, ce qui est mon cas, ça complique les choses: celui-ci étant considéré comme une fortune, on nous demandera de le vendre, et de vivre sur les réserves, avant de nous accorder une aide. C’est paradoxal, mais vendre un logement n’est pas une mince affaire, et il est compliqué d’en découper un morceau pour se nourrir ou payer ses factures. Je me suis donc imaginé dans l’incapacité de payer mes factures, mon hypothèque. J’ai envisagé la perte de mon logement au profit de la banque, et même que je finirais à la rue. Je n’aurais pas été le premier. Mortifié, terrorisé, anxieux, je ne dormais plus beaucoup. Jusqu’au jour ou je me suis dit: « Au final, ce n’est pas grave… on en meurt pas ». Et ça a été libérateur. J’ai arrêté de m’inquiéter. Je m’en suis remis à l’univers, au destin, appelez-le comme vous voulez. Peu de temps après, les choses se sont mises en place d’elle même, et j’ai pu sortir de ma situation précaire.

C’est ainsi que j’ai découvert que m’inquiéter au point de m’empêcher de vivre ne changerait rien à ce qui devrait arriver. Cette pensée m’accompagne depuis régulièrement. Ainsi, un jour où je trouve que mon travail n’était pas bon, ce n’est pas grave. Je me suis blessé au sport ? ce n’est pas grave. J’ai repris du poids ? ce n’est pas grave. J’ai déçu quelqu’un ? ce n’est pas grave. Ce qui est fait est fait, et culpabiliser, me juger, m’autoflageller n’y changera rien. Et même si je le fais, ce n’est pas grave.

Au final, la seule chose que je considère grave aujourd’hui est de me manquer de respect, de m’infliger un jugement permanent et impitoyable et de considérer que c’est important et normal. Personne ne mérite de souffrir de la sorte. C’est pourtant ce que j’ai passé ma vie à faire jusqu’à quelques années en arrière.

Quant à me foutre la paix, la lecture du livre de Fabrice Midal m’a grandement soulagé. Il est plein de bon sens, et je réalise à quel point je suis sur cette voie depuis maintenant quelques temps, tous les jours un peu plus. Mais que veut dire se foutre la paix ?

Se foutre la paix, c’est accepter ce qui arrive lorsque ça arrive: les événements, les émotions, les sensation… Mes propres jugements sont accueillis aujourd’hui avec le sourire et du recul. Le jugement des autres aussi bien sûr. J’accueille et fous la paix à ma tendance au perfectionnisme, à la procrastination, ou à l’auto-dévalorisation. Ils font parties de moi. Et ce n’est pas grave. Maintenant je les connais bien, je prends soin d’eux, du coup, tout semble moins grave, plus facile, et aucune angoisse ne traîne en longueur, ne s’accroche, de peur que je ne l’entende pas.

Le chemin est long… il dure toute la vie, et il est merveilleux. Je me réjouis de comprendre chaque jour un peu mieux mon fonctionnement, ma composition, et de vivre avec, de les accepter. J’accepte de ne pas m’aimer avec mes kilos en trop et j’accepte de me consoler et de me dire que ce n’est pas grave. J’accepte de ne pas faire le ménage aussi bien que je l’aimerais, et j’accepte de ne pas m’en vouloir de culpabiliser. Ça peut paraître paradoxal, pourtant il fut un temps ou je culpabilisais de culpabiliser. Je m’en voulais de ne pas m’aimer. C’est sans fin, et ça n’apporte rien, sinon de la souffrance.

Nous sommes souvent notre pire bourreau.

1 réaction sur “ Le secret pour une vie plus sereine ? ”

  1. Eric Scherer Réponse

    Merci Akim ! Chouette témoignage. ..je comprends bien ce chemin et le pratique autant que je peux…
    A bientôt
    Eric

Répondre à Eric Scherer Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.